Le Myofascial Energetic Release est une méthode de libération des tensions myofasciales (enveloppes fasciales des muscles) développée par Satyarthi Peloquin. Le M.E.R, proche du Rolfing, agit aussi bien sur la sphère physique qu’émotionnelle, procurant un mieux-être global : douleurs chroniques soulagées, surcroît de vitalité et regain de confiance en soi.

Les fascias sont un réseau de fibres important du corps comprenant un grand nombre de récepteurs sensoriels et participent de l’apport en oxygène et en nutriments de tout le milieu cellulaire. Lors d’un choc physique ou émotionnel, ou du fait d’une mauvaise posture répétée, ces tissus se rigidifient et deviennent douloureux.

Le M.E.R soulage en profondeur et ouvre des espaces nouveaux dans votre corps. Toutefois, ce travail ne remplace en aucun cas le travail thérapeutique des kinésithérapeutes ou des ostéopathes. Il en est complémentaire. Il vous revient par ailleurs de vérifier avec votre médecin que vous êtes apte à recevoir ce type de toucher. Parmi les quelques contre-indications qui peuvent exister : ostéoporose, cancers, inflammations, maladies de peau...

C’est aussi bien sûr une pratique adaptée aux personnes souhaitant simplement se détendre après une semaine stressante et se faire du bien !

« Retrouvez la joie d’un corps fluide »

 
 
 
 

© Apollonia - Ampari Perez

 
 

Prise de RDV ou demande d’informations :

mobile06 26 45 32 78
 

Séances sur Foix ou au Mas d’Azil.

 

Les fascias renferment beaucoup plus de capteurs de mouvement et de récepteurs de la douleur que les muscles et les articulations, ce qui fait du tissu conjonctif le plus grand organe sensoriel du corps humain. Ce réseau fascial est comme une magnifique toile d’araignée humide, tridimensionnelle, ininterrompue, un réseau qui nous relie de la tête aux pieds et des profondeurs à la superficie. Sans les fascias, les muscles perdraient leur forme, les os leur stabilité et les organes dégringoleraient à l’intérieur du corps.

« Il n’y a en réalité qu’un seul muscle ; il se répartit juste dans un peu plus de 600 poches fasciales. »
Thomas W. Myers